Environnement Institutionnel

Les coopératives laitières s’inscrivent dans deux environnements institutionnels celui de la coopération agricole et celui de la filière laitière et agroalimentaire. Tous deux en relation avec les pouvoirs publics nationaux et européens.

La FNCL dans la filière laitière et agroalimentaire

La FNCL représente les coopératives au sein de l’interprofession laitière : le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière (CNIEL). Elle y siège aux côtés de :

 

La FNCL et la FNIL ont créé l’Association de la Transformation Laitière Française (ATLA), qui défend leurs intérêts communs dans les domaines technique, économique, juridique, réglementaire et fiscal parce que leurs membres exercent les mêmes métiers de collecte, de transformation et de commercialisation du lait. La FNCL continue d’intervenir en direct sur ces sujets lorsque des positions communes ne peuvent pas être trouvées.

Elle est membre du Comité national français de la Fédération Internationale de Laiterie (FIL France) qui apporte expertises et connaissances scientifiques sur le lait et les produits laitiers dans un objectif de santé, de nutrition et de bien-être pour le consommateur.

Elle est membre également du Bureau Technique de Promotion Laitière (BTPL), dont les ingénieurs apportent conseil et expertise aux éleveurs, aux entreprises laitières et à leurs partenaires.

Au niveau international, la FNCL est membre via l’ATLA de European Dairy Association et membre via l’ANIA de Food Drink Europe, qui représentent respectivement les intérêts des entreprises laitières et les intérêts des entreprises agro-alimentaires au niveau européen.

 

La FNCL dans l’univers coopératif

La FNCL est membre de Coop de France, le syndicat national des coopératives agricoles, agro-alimentaires et agro-industrielles.
Coop de France accompagne et soutient le développement des entreprises coopératives avec son réseau régional et ses services d’expertise pluridisciplinaire. Il a pour mission de promouvoir le modèle d’entreprise de la coopération agricole. Il est, pour cela, porte-voix politique et force de proposition auprès des pouvoirs publics français et européens, des médias et de la société civile.
A travers Coop de France, la FNCL est membre :

  • du Groupement National de la Coopération (GNC), qui fédère l’ensemble des acteurs coopératifs français dans tous les secteurs de l’économie
  • de Copa-Cogeca, qui représente les intérêts des coopératives agricoles au niveau européen
  • de l’Alliance Coopérative Internationale (ACI) et de son bras européen, Coopératives Europe. L’ACI fédère 230 organisations de coopératives dans plus de 100 pays, représentant elles-mêmes, au total, 800 millions d’adhérents et 100 millions de salariés.

 

La FNCL et les pouvoirs publics

La FNCL est l’interlocuteur du Ministère chargé de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt sur tous les sujets concernant les coopératives laitières. Elle est aussi en relation avec les Ministères chargés de la Consommation, de l’Ecologie, du Travail et de la Santé.

Elle participe aux travaux :

  • de FranceAgrimer, établissement public issu du regroupement en 2009 de différents offices, dont celui de l’Elevage, et chargé de la mise en œuvre des politiques publiques (par exemple, gestion des quotas laitiers, gestion des aides aux producteurs et aux entreprises…)
  • du Haut Conseil de la Coopération Agricole (HCCA), qui est le garant du respect des textes, règles et principes de la coopération agricole et qui délivre ou retire l’agrément nécessaire à toute entreprise coopérative
  • de la Commission d’Examen des Pratiques Commerciales (CEPC), qui établit des recommandations en matière de bonnes pratiques commerciales et qui rend des avis sur les sujets qui lui sont soumis, concernant les relations commerciales.

De façon plus générale, la FNCL et ses membres s’attachent à construire des relations d’information et de travail avec les parlementaires et les élus locaux, ainsi qu’à faire entendre leurs positions auprès des instances de l’Union Européenne, de façon directe ou via les organisations professionnelles qui les représentent à Bruxelles.