Produits laitiers : un marché mondial en croissance

Sommaire :

Consommation de produits laitiers : de grands écarts d’un continent à l’autre
Forte croissance de la consommation, tirée par les produits émergents
Aujourd’hui, production de lait insuffisante en Asie, Afrique et Amérique Centrale
Belles perspectives pour les produits laitiers, toujours grâce aux pays émergents
Opportunités à l’export pour les entreprises laitières européennes et notamment pour les coopératives françaises

Différents produits laitiers offrent des opportunités de croissance à l’export pour les coopératives françaises car la consommation augmente de façon soutenue dans les pays émergents.

Consommation de produits laitiers : de grands écarts d’un continent à l’autre

La consommation apparente de produits laitiers varie fortement d’un continent à l’autre, du fait de cultures alimentaires différentes. Si elle est en moyenne de 104 kg par habitant en 2010 à l’échelle de la planète, elle est de 43 kg en Afrique, de 67 kg en Asie et de 290 kg par habitant dans les 27 pays de l’Union Européenne (source : CNIEL à partir du FAO Food Outlook de juin 2011).
Les marchés laitiers peuvent ainsi être considérés comme proches de la saturation dans l’Union Européenne. Ils ont, en revanche, un grand potentiel de croissance dans les pays émergents du fait de la mondialisation des modes de consommation et d’alimentation.

 

Forte croissance de la consommation, tirée par les pays émergents

La consommation moyenne de produits laitiers par an et par habitant a augmenté de 10%, soit environ 10 kg, à l’échelle de la planète entre 2000 et 2010 – période qui a vu la population mondiale augmenter d’environ 800 millions d’individus.
Si l’on passe de la consommation moyenne par habitant à la consommation globale, on constate, entre 1970 et 2007, une augmentation de 1,2% par an de la quantité de produits laitiers consommés à travers le monde.
Alors que la consommation n’augmente quasiment pas dans les pays développés pendant cette période, elle augmente de 3,6% par an dans les pays émergents, avec une croissance annuelle de 6,5% en Asie de l’Est et de 4,3% en Asie du Sud. Cette croissance n’est pas uniforme. Selon les pays, plus particulièrement selon la dynamique de croissance de leur population, elle porte sur différents produits laitiers et met en jeu différents circuits commerciaux.
Dans les années 2005 à 2007, la consommation de produits laitiers fait jeu égal entre les pays développés et les pays émergents avec 350 à 360 millions de tonnes de part et d’autre.

 

Aujourd’hui, une production de lait insuffisante en Asie, Afrique et Amérique Centrale

Le volume de lait produit est sensiblement inférieur au volume de lait consommé en Asie, en Afrique et en Amérique Centrale, même si la production de lait est en augmentation régulière dans ces régions : entre 2005 et 2010, + 41 millions de tonnes en Asie et + 8 millions de tonnes en Afrique. Cette situation amène à des importations de produits laitiers (principalement de la poudre de lait, notamment pour les nourrissons) dans ces régions.
Le volume de lait produit est quasiment identique au volume de lait consommé en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Il est légèrement supérieur en Europe et très supérieur en Océanie. Environ les deux tiers des 26 millions de tonnes de lait produit en Océanie sont exportés vers d’autres continents. L’Europe est, elle aussi, exportatrice vers d’autres continents, mais dans des volumes moins élevés.

 


 

Belles perspectives pour les produits laitiers, toujours grâce aux pays émergents

Alors que la population mondiale pourrait passer de 7 à 9 milliards d’individus à horizon 2050, les projections de la FAO pour la consommation de produits laitiers indiquent une croissance de 1% par an à l’échelle de la planète.
Comme pendant la période de 1970 à 2007, cette croissance aura pour principal moteur les pays émergents : +1,8% par an contre +0,2% par an pour les pays développés.
A horizon 2050, les pays émergents réaliseraient 65% de la consommation de produits laitiers (680 millions de tonnes), contre 35% pour les pays développés (370 millions de tonnes).

 

Opportunités à l’export pour les entreprises laitières européennes et notamment pour les coopératives françaises

La croissance de la population mondiale, la croissance de la consommation de produits laitiers par habitant dans les pays émergents, ainsi que la demande légitime et très forte de sécurité sanitaire pour les aliments suite à plusieurs scandales, dont la mélamine dans les laits infantiles en Chine, sont autant d’opportunités de nouveaux débouchés à l’exportation pour les entreprises laitières européennes dans la perspective de la fin des quotas.
Ces opportunités sont clés pour les associés coopérateurs qui voudront produire des volumes supplémentaires de lait à un coût marginal. Elles sont clés pour les coopératives laitières qui ont confirmé le choix de l’apport total et qui auront à collecter, à valoriser et à rémunérer ces volumes supplémentaires, sans dégrader la rentabilité de leur cœur de métier.