Chiffres-clés des coopératives laitières françaises

 

Un poids croissant des coopératives laitières dans la filière

Le premier baromètre économique de la coopération laitière, publié en avril 2015, a pour objectif de livrer une photographie chiffrée à date de la coopération laitière, d’en constater les évolutions depuis 2010 et d’en donner quelques perspectives pour les années qui viennent. Les premiers résultats indiquent que les coopératives laitières représentent (chiffres 2013) :

-          35 000 points de collecte, soit la moitié des points de collecte de l’Hexagone

-          56 000 associés-coopérateurs

-          20 000 salariés, en amont et en aval

 

Sur le plan économique, la coopération laitière pèse 14,5 milliards d’euros (soit 53 % dans la filière)pour un volume total de lait collecté s’élevant à 12,8 milliards de litres* (soit 54 % dans la filière) et un volume total de lait transformé de 10,7 milliards de litres* (soit 45 % dans la filière). L’activité des coopératives s’est donc nettement accélérée depuis 2010 lorsqu’elles représentaient 9 milliards de litres* en volume total de lait transformé, soit une progression de 19 % à périmètre constant en 4 ans.

Les coopératives laitières ont investi au total 990 millions d’euros au cours des 5 dernières années. A ce jour, selon les seules déclarations chiffrées, on estime à au moins 1 milliard d’euros les investissements qui seront réalisés au cours des 5 prochaines années.

 

Des stratégies maitrisées

La coopération laitière se distingue par la diversité des entreprises qui la compose, de toute taille, de tout mix-produits, réparties sur l’ensemble du territoire français. Chacune des coopératives définit sa stratégie selon ses caractéristiques propres ; mais toujours selon la logique du développement maîtrisé qui se traduit par la mise en adéquation des attentes des associés-coopérateurs, des débouchés de la coopérative et de l’outil industriel.

 

  • Une diversité liée à l’implantation sur le territoire

 

 Légende

  • ronds bleus : 1 site industriel
  • ronds verts : 2 à 9 sites industriels
  • ronds roses : 10 à 100 sites industriels

 

  • Une diversité liée à la taille de l’entreprise : les 10 plus gros groupes coopératifs ont chacun un chiffre d’affaires supérieur à 300 millions d’euros, lorsque les 30 coopératives intermédiaires et les 200 fruitières ont un chiffre d’affaires inférieur au même montant.

 

  • Une diversité liée au mix-produits : 15 % des coopératives laitières ne produisent que des produits de grande consommation (PGC) tandis que 10 % ne fabriquent que des produits BtoB. Les 75 % restants intègrent les deux dans leur production, avec des ratios variables : 40 % ont une activité mixte avec une dominante PGC, 25 % une activité mixte et enfin 10 % une activité mixte avec une dominante BtoB.  

Les PGC représentent 65 % du chiffre d’affaires des coopératives laitières et 59 % de leurs volumes, tandis que pour les produits BtoB ces chiffres atteignent respectivement 35 % et 41 %.

 

Une présence nettement renforcée à l’international

Le chiffre d’affaires total des coopératives laitières à l’international s’élève actuellement à 4,1 milliards d’euros, soit 32 % de leur activité (pour les coopératives qui ont une activité de transformation), avec 19 % réalisés dans les pays de l’Union Européenne et 13 % en-dehors.

La quasi-totalité des coopératives laitières (96 %) a d’ailleurs une activité à l’international contre 42 % en 2010.